Entretien avec Alberto Stival, président pr suisse (Association suisse de Public Relations)

Je connais très bien les certificats personnels. L'année dernière, j'ai eu l'occasion d'obtenir moi-même la certification SAQ pour les membres du conseil d'administration, ce qui a été un enrichissement et une expérience très positive pour moi.

Le président nouvellement élu de pr suisse s'engage en faveur de la certification personnelle dans l'industrie de la communication.

Pourquoi l’association professionnelle des RP pr suisse a-t-elle décidé de mettre en place cette certification?

En tant qu’association, nous y voyons une opportunité de valoriser notre secteur et les métiers concernés tout en donnant à nos membres la possibilité de faire certifier leurs compétences. Nous vivons à l’ère de la communication, qui elle-même repose sur l’information. Dès lors, nos activités d’experts de la communication sont extrêmement importantes et nous devons impérativement faire preuve d’un grand professionnalisme. Le fait est que la complexité des métiers de la communication est souvent sous-estimée. Une norme de qualité, telle qu’une certification ISO pour les conseillers en communication par exemple, devrait permettre d’obtenir plus de transparence.

Le secteur de la communication dispose déjà du diplôme fédéral pour ses spécialistes. Pourquoi faut-il un certificat supplémentaire dans ce domaine?

Les examens fédéraux – c’est-à-dire l’examen professionnel supérieur pour les spécialistes de la communication expérimentés et chevronnés ainsi que l’examen professionnel pour les plus jeunes spécialistes – attestent de connaissances théoriques et pratiques et ont toujours rencontré un écho positif sur le marché. L’examen professionnel supérieur apparaîtra sous un nouveau jour à partir de 2022: il sera regroupé avec celui de Communication Suisse (ks/cs), proposé avec un nouveau règlement d’examen et de nouvelles directives et répondra à l’évolution de la branche. Les deux formations continues conduisent à des titres fédéraux. En revanche, la certification SAQ atteste de compétences personnelles en matière de conseil du plus haut niveau. La certification de personnes n’est donc pas la certification d’une formation continue, mais d’une aptitude personnelle à mettre en œuvre les acquis, les pratiques et les expériences rapidement et efficacement. Le dossier de candidature se compose des titres délivrés au terme des formations et formations continues ainsi que du curriculum vitæ professionnel du candidat. L’admission est calculée selon un système de points et une recertification tous les cinq ans est obligatoire.

Quel est personnellement votre rapport avec les certificats de personnes de la SAQ?

Je connais très bien les certificats de personnes. En effet, j’ai moi-même eu l’occasion l’an dernier d’obtenir la certification SAQ pour les membres du conseil d’administration, ce qui a été pour moi un enrichissement et une expérience très positive. Au cours de ces dernières années, j’ai également pu accompagner de nombreuses banques dans la mise en place de la certification de leurs conseillers à la clientèle. Ce que j’apprécie particulièrement dans ces certifications ISO, c’est la pérennité du titre: les mesures régulières de recertification exigent d’être toujours «Up to Date». Elles attestent donc également que leur titulaire dispose toujours des compétences actuelles, ce qui représente une différence significative par rapport aux filières traditionnelles.

Dans l’ensemble, quel est le rapport coût/opportunité de l’obtention d’un certificat?

Il s’agit d’un compromis très équitable. Prenons l’exemple de la certification en RP: une personne qui travaille depuis longtemps dans ce secteur et remplit les conditions mentionnées ci-avant, devrait pouvoir réussir l’examen sans grand investissement. Le diplôme obtenu, également reconnu à l’échelle internationale grâce à la norme ISO sur laquelle il repose, confère à son titulaire un statut d’expert senior et contribue ainsi à son employabilité. /end

Alberto Stival

pr Le président suisse Alberto Stival est né à Biel/Bienne et a grandi dans le Seeland. Il a terminé ses études d'économie bilingue à l'Université de Fribourg et travaille depuis vingt ans, principalement dans le secteur financier suisse, dans les domaines de l'éducation et de la communication. Depuis 2019, il dirige sa propre société de conseil et est conseiller principal pour le développement de l'éducation à la Swissbanking et directeur des relations publiques et de la communication à la Swiss Sustainable Finance.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser les contenus et les annonces publicitaires et pour analyser les accès à notre site Web.En savoir plus